Vaccination COVID-19 pour femmes enceintes

L’OFSP donne la possibilité à un cercle élargi de femmes enceintes de se faire vacciner contre le COVID-19 au 2e ou au 3e trimestre.

Jusqu’à présent, près de 100 000 femmes enceintes ont reçu des doses de vaccins à ARNm contre le SARS-CoV-2 aux Etats-Unis sans qu’aucun effet indésirable ne soit observé sur la mère ou l’enfant.

Cependant, il n’existe pas encore de résultats d’études cliniques permettant d’attester la sécurité du vaccin pour les femmes enceintes.
Pour cette raison, l’OFSP a édicté les dispositions suivantes concernant la vaccination des femmes enceintes (voir aussi les Recommandations de vaccination de l’OFSP du 14.04.2021, chapitre 3.4.) :

  1. Les femmes enceintes atteintes de l’une des maladies chroniques définies pour les personnes vulnérables au COVID-19 (voir Catégories des personnes vulnérables) ainsi que celles présentant un risque accru d’exposition au COVID-19 (personnel de santé en particulier) peuvent se faire vacciner au 2e ou au 3e trimestre. La vaccination avec des vaccins à ARNm peut être proposée à ces femmes enceintes, moyennant une évaluation minutieuse des risques et avantages. Un entretien d’information sur les avantages et inconvénients ainsi que les risques de la vaccination doit être mené par le ou la spécialiste en gynécologie et obstétrique. Il faut également recueillir le consentement signé de la parturiente.
  2. Une vaccination effectuée dans un centre de vaccination présuppose une prescription écrite par le ou la spécialiste en gynécologie et obstétrique. La femme enceinte peut s’inscrire directement en ligne sur le site Internet dédié à la vaccination dans son canton afin d’obtenir un rendez-vous pour l’injection. Le canton détermine la date de la vaccination en fonction de l’ordre de priorité défini.
  3. Le ou la gynécologue doit effectuer un suivi de la grossesse et du post-partum (recueil des éventuels effets secondaires du vaccin sur la mère ou sur l’enfant). En cas d’effets indésirables significatifs, le médecin est tenu de les déclarer à Swissmedic.
  • Veuillez prêter attention aux informations suivantes :
    • Les vaccins à ARNm contre le COVID-19 n’ont pas d’effet négatif sur la fertilité de l’homme ou de la femme.
    • Lorsqu’un vaccin à ARNm contre le COVID-19 a été involontairement administré en début de grossesse, il n’y a aucune raison d’envisager une interruption de la grossesse. Aucun effet nocif sur le développement embryonnaire n’a été observé dans les études menées chez l’animal ni dans les cas connus de vaccination en début de grossesse.
    • Les vaccins à ARNm contre le COVID-19 peuvent être administrés sans restriction pendant la période d’allaitement.